14 juillet 2019 : discours de l’Ambassadeur de France à l’occasion de la Fête nationale [es]

L’Ambassadeur de France, Pierre Henri Guignard et son épouse ont reçu le 12 juillet l’ensemble des acteurs de la coopération franco-argentine pour célébrer la fête nationale française au Palacio Ortiz Basualdo.

JPEG - 78.8 ko

Mesdames et messieurs les Conseillers consulaires,
Mesdames et messieurs,
Chers compatriotes,

Merci à vous tous de nous accompagner pour célébrer ensemble, une nouvelle fois, la Fête nationale, et, ce faisant, les valeurs fondamentales de la République, ces valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

La Fête nationale est un moment d’union et, justement, de fraternité, symbolisé par le défilé militaire, par les bals sur les places et dans les rues de notre pays, et par les feux d’artifice. C’est un moment de joie et de légèreté ; c’est aussi une occasion de célébrer notre communauté nationale dans tout ce qu’elle a de fort, de vibrant, de soudé et de divers. Ensemble, nous sommes plus que la somme de nos individualités, car l’attachement aux valeurs nationales nous grandit quand d’autres, ailleurs, se rapetissent dans leur enfermement sur eux-mêmes.

Ainsi, je suis convaincu que les échanges sont générateurs de croissance et donc d’emploi. Je me réjouis de l’accord intervenu le 28 juin, entre l’Union européenne et le Mercosur. Il ne m’échappe pas que celui-ci est très critiqué. Dans notre pays, d’abord, par les milieux agricoles, inquiets de ce qu’ils perçoivent comme une concurrence déloyale. Ici, en Amérique du Sud, ensuite, par les secteurs industriels qui se croient menacés par les produits manufacturés européens. À cet égard, la volonté du gouvernement français de procéder à un examen approfondi du texte négocié par la Commission européenne est plus que légitime : l’accord doit être équitable, équilibré et respectueux des normes qui sont les nôtres, notamment dans les domaines environnemental et climatique. L’accord devra être expliqué aux consommateurs, aux producteurs qui doivent avoir l’assurance que cette concurrence – qui n’est pas nouvelle – est juste, aux opinions en général qui doivent être convaincues que cet accord nous est bénéfique. Il l’est d’ailleurs et il ouvre à nos entreprises de nouvelles possibilités de développement. Ce travail d’explication conditionnera la ratification de la partie commerciale par le Parlement européen et de la partie politique et de coopération par les parlements nationaux dans l’ensemble de nos pays.

Dans ce contexte, je veux remercier notre communauté d’affaires, nos 260 entreprises qui portent elles aussi nos valeurs et qui participent pleinement à la promotion de l’image de notre pays ici. Merci à la Chambre de Commerce et d’Industrie et aux Conseillers du Commerce extérieur, qui ont su se renouveler en construisant sur les fondations mises en place par leurs prédécesseurs. Je saisis aussi cette occasion pour exprimer tout mon soutien à nos amis de Lucullus qui portent haut l’image de notre gastronomie et qui sont aujourd’hui Plaza Francia pour le Marché qui fait à la fois notre fierté et le plaisir des Porteños. De la même manière, je remercie vivement l’ensemble de nos entreprises, leurs équipes, pour le soutien qu’elles nous apportent dans l’organisation de cette réception. Vos produits et vos marques font notre fierté !

Dans la période difficile que traverse ce pays – et j’espère que la reprise sera au rendez-vous - je souligne que nos entreprises sont fidèles à l’Argentine ; elles restent et inscrivent leur action et leur engagement dans la durée. Je pense ainsi à Saint-Gobain qui est ici depuis 1938 ou à Peugeot qui a ouvert en Argentine sa première usine en dehors de nos frontières : leur présence ici bénéficie du long terme. Elles démontrent ainsi qu’elles font confiance aux fondamentaux argentins.
La France d’ailleurs est solidaire : d’abord, notre pays soutient l’Argentine au conseil d’administration du FMI ; ensuite nos entreprises font face à la crise de la meilleure manière c’est à dire en investissant : avec le Service économique régional, nous estimons à 1 milliard de dollars les investissements français en Argentine en 2019, dans des secteurs aussi divers que l’énergie, renouvelable notamment, les mines ou le tourisme ; enfin, cette année 2019 a vu régler le principal contentieux entre nos deux pays, celui qui opposait Suez à l’Argentine. Il y avait neuf contentieux entre nos deux pays ; pour l’essentiel, ils sont réglés. Et je remercie les autorités argentines qui ont pris la mesure des effets de ces affaires sur notre relation : nos entreprises qui investissent l’ont bien noté !

La relation entre nos deux pays est passée cette année à une nouvelle dimension. La convergence entre les présidences argentine du G 20 et française du G 7 ont largement contribué à cette embellie. Elle a permis à nos présidents, Emmanuel Macron et Mauricio Macri, de construire sur leur vision partagée d’un monde ouvert aux échanges, d’un monde qui se transforme dans le dialogue international, qui recourt au multilatéralisme pour régler les différends, une relation plus forte, fondée à la fois sur ses assises historiques naturelles et sur le caractère privilégié du dialogue qui s’est instauré entre nous. C’est pourquoi, par exemple, la France soutient la candidature de l’Argentine à l’OCDE. Son adhésion lui permettra de trouver sa place dans un monde plus normé et d’adopter des standards qui sont aussi les nôtres au bénéfice de nos échanges.

Cet engagement international de nos pays a un sens profond car il vise à protéger la paix et la sécurité internationale. Peut-être avez-vous vu ce matin les images de nos troupes défilant sur les Champs-Elysées : elles sont, vous le savez, engagées sur plusieurs théâtres d’intervention où elles combattent le terrorisme qui menace nos démocraties. Dans ce contexte, le dialogue stratégique entre nos armées et la possibilité de pouvoir compter sur du matériel militaire compatible renforceront nos capacités d’action conjointes pour défendre les valeurs essentielles que j’évoquais il y a un instant : la relation franco-argentine dépasse le périmètre de nos deux seuls pays.

Cette relation est aussi marquée par une identification culturelle qui ne se dément pas. Je salue le travail de notre lycée Jean Mermoz et du collège de Martinez. Nous les avons rapprochés et rendus complémentaires. Je m’en réjouis. Et vous le savez, j’ai mis en place un groupe de travail qui réfléchit à ce que seront, dans 20 ans, nos établissements : ils sont pour moi au cœur de ce que nous sommes et de ce que nous serons en Argentine.

Nos deux présidents ont par ailleurs souhaité la mise en place d’un dialogue culturel franco-argentin 2018-2019. Face au succès de cette initiative, nous aurons en 2022 et 2023 une saison croisée entre la France et l’Argentine, une immense célébration mutuelle de nos cultures à Buenos Aires et à Paris mais aussi dans toutes les provinces et dans toutes nos régions. L’Institut français y travaille déjà.

Vous le savez, la composition de notre communauté est le reflet de l’histoire de la relation entre la France et l’Argentine depuis le 19ème siècle, avec des compatriotes d’origine aveyronnaise, basque ou béarnaise bien représentés aujourd’hui ici. J’ai été très heureux de constater au cours de ces trois dernières années combien est dense le tissu associatif qui nourrit la communauté et lui permet de se rassembler autour d’événements, organisés par ces associations (je pense à l’omelette géante de Pigüe) ou mis en œuvre par l’Ambassade, tels que Goût de France, la Semaine de la Francophonie, ou Vivi Francia.

Avec le Consul général, nous avons veillé au renouvellement en 2019 du mécanisme d’appui au tissu associatif des Français de l’étranger, il soutient les projets de nature éducative, caritative, culturelle ou socio-économique dans la mesure où ils contribuent au rayonnement de la France.

Je souhaite d’ailleurs saluer nos nouveaux compatriotes en Argentine, qui se sont installés cette année, mais aussi ceux qui ont acquis la nationalité à des titres divers.
Nous ne l’ignorons pas, en cette période de crise économique en Argentine une partie de notre communauté rencontre des difficultés financières ou de santé : la France se tient aux côtés de ces compatriotes en difficulté, grâce à l’action des services de l’État : 256 élèves sont boursiers et plus de 120 compatriotes perçoivent une aide sociale régulière ou ponctuelle grâce à l’action du Consulat et de son équipe, que je remercie, mais aussi grâce aux initiatives solidaires nombreuses, comme celle de la Chambre de commerce. Merci à tous de démontrer ainsi que la Fraternité n’est pas inscrite pour rien dans notre devise. Pour cette même raison, avec le Premier conseiller de l’Ambassade, notre consul général et l’attaché de sécurité intérieure, nous avons renforcé notre capacité de réponse aux crises qui pourraient affecter notre communauté. Votre sécurité est notre priorité.

Merci aussi à vos quatre conseillers consulaires qui nous suivent et vous représentent activement. Merci à nos 17 consuls honoraires qui relaient notre action bénévolement, on l’oublie souvent, et sont le lien avec nos compatriotes les plus isolés dans ce grand pays. Je vous rappelle à cet égard, que le droit de vote est avant tout un devoir. Vous devez participer à l’élection de vos représentants à tous les échelons de notre démocratie. Tout est fait pour que les citoyens français à l’étranger soient aussi bien représentés que les Français sur le territoire national. Mais cela implique que vous profitiez pleinement des facilités, nombreuses, mises à votre disposition. J’ai souhaité cette année, à l’occasion des élections européennes, que, pour la première fois, vous puissiez voter aussi au Lycée. Cette expérience a été un succès. Je vous invite donc à vous tenir informés auprès du Consulat et à participer largement à l’ensemble des rendez-vous démocratiques auxquels vous êtes conviés.

A la fin de l’an passé, vous avez été nombreux à pouvoir rencontrer le Président de la République lors de sa première visite en Amérique latine. Ce dialogue qui s’est instauré illustre la proximité de la France avec l’Argentine et vous savez que celle-ci passe largement par votre truchement et par votre engagement. Je vous en suis très reconnaissant.

Permítanme ahora algunas palabras en español. Después de tres años en Buenos Aires, ha llegado el momento para Marie-Carmen y yo de partir hacia otros horizontes. Quiero decirles el placer que tuvimos en conocerlos, ustedes que son el eje de nuestra presencia en la Argentina.

Merci a todo el equipo de la Embajada y del Equipe de France ampliada. Me han acompañado en mi tarea y en mis compromisos en particular feministas, climáticos y solidarios. Juntos hemos viajado en este país inmenso y hemos ido al encuentro de nuestros compatriotas aislados.

Nos vamos al final de un ciclo que culminó con la visita de Emmanuel y Brigitte Macron, con el pasar de nuestra relación a una nueva dimensión y con la finalización del acuerdo UE-Mercosur. Que du bonheur… Pura felicidad…

Claro, extrañaremos a Buenos Aires, a la pampa y a la Patagonia, a las cataratas del Iguazu… Extrañaremos a la Argentina inventiva, acogedora, calurosa, majestuosa con sus montañas espectaculares… Nos acordaremos de nuestros conciudadanos cruzados en Salta, San Juan, Tucumán, Neuquén, en el Conurbano y en Mar del Plata, en la Mesopotamia argentina y en Tierra del Fuego. Ustedes nos hablaron de este país, de su gente, de sus paisajes, de sus flaquezas y de sus fuerzas, de sus decepciones y de sus esperanzas. Puedo confesarles que nos iremos con la nostalgia de esos territorios inmensos, de esos cielos sin límite. Nos iremos con el gusto y la costumbre del maté y sé que no resistiremos al placer de bailar algunos pasos de tango cuando escuchemos el llanto del bandoneón... “Mi Buenos Aires querido…”

Voilà, merci à vous tous. Je suis certain que nous nous croiserons ici ou ailleurs, où que soit cet ailleurs. Mais avant de nous retirer, je veux saluer chaleureusement la chorale du Lycée qui a bien voulu interpréter pour nous, cette année, les hymnes nationaux.

Merci de votre attention.
Viva Argentina !
Vive la France !

Dernière modification : 16/08/2019

Haut de page