Communiqué conjoint de la France et de l’Argentine à l’occasion de la Journée internationale des victimes de disparition forcée (30 août 2021)

Communiqué conjoint de la France et de l’Argentine à l’occasion de la Journée internationale des victimes de disparition forcée (30 août 2021)

À l’occasion de la journée internationale des victimes de disparitions forcées, la France et l’Argentine réitèrent leur engagement commun en faveur de la lutte contre les disparitions forcées, partout dans le monde.

La France et l’Argentine accompagnent toutes les victimes de ces graves violations des droits de l’Homme et leurs familles. En privant les proches des personnes disparues de connaître la vérité sur ce qui s’est passé, ces pratiques entravent leur quête de justice et laissent les auteurs bénéficier d’une impunité inacceptable.

La France et l’Argentine sont mobilisées de longue date pour la ratification universelle de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, entrée en vigueur en 2010. Ce texte prévoit des mesures d’alerte précoce et renforce la coopération pénale, facilitant ainsi le travail de la justice et l’établissement de la vérité. Cette journée est également l’occasion de saluer les précieuses contributions du Groupe de travail des Nations unies contre les disparitions forcées et du Comité contre les disparitions forcées.

En cette journée de commémoration, la France et l’Argentine saluent l’engagement des États qui ont déjà adhéré à la Convention contre les disparitions forcées. Elles saluent la récente adhésion du Soudan, intervenue le 10 août dernier. Nous encourageons les États qui ne l’ont pas encore fait à ratifier la Convention dans les meilleurs délais.

Crédit Photo : UN Photo/Mark Garten

Dernière modification : 30/08/2021

Haut de page