Mot de bienvenue de Pierre Henri GUIGNARD [es]

Pierre Henri GUIGNARD Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire désigné en REPUBLIQUE ARGENTINE

Bonne année 2018

Mes chers compatriotes, chers amis argentins, chers internautes,

Je suis heureux de vous adresser quelques mots à l’occasion de cette nouvelle année. Je souhaite formuler pour vous tous des vœux sincères et chaleureux à l’occasion de cette nouvelle année qui s’ouvre devant nous.

L’année écoulée a été une année de profonde transformation pour notre pays. Les visites récentes de notre députée, Paula Forteza, et du secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, Jean-Baptiste Lemoyne, nous ont permis de revenir sur les choix de nos compatriotes qui ont bouleversé la scène politique nationale et, au-delà, la façon dont la France se perçoit et est perçue à l’étranger. L’agenda de réformes proposé par le président de la République, le programme de travail du Gouvernement et des Assemblées parlementaires reflètent pleinement les changements en cours dans un pays qui avait parfois le sentiment d’être immuable et qui donc se surprend à se surprendre lui-même.

En Argentine, les médias, à l’instar des réseaux sociaux, se font régulièrement l’écho des réformes qui promettent de transformer la société française : celle du Code de travail, celle du financement de l’Etat, celle des retraites, celle de la confiance dans la vie publique, celle de la relation entre les hommes et les femmes dans le travail et dans la vie sociale, celle de la lutte contre le terrorisme, celle de la formation...

L’ouverture de ces grands chantiers et la promesse d’une réflexion de fond, à l’occasion du Brexit, sur l’organisation de l’Union européenne et son avenir, sont les instruments d’un bouleversement à la hauteur des capacités de sursaut et de projection de notre pays. La France entre ainsi de plain-pied dans ce 21e siècle lui-même porteur des révolutions numérique et robotique qui vont changer nos vies et offrir à nos enfants un monde très différent de celui que nous avons connu, et même de celui que nous connaissons encore aujourd’hui.

Je souhaite que 2018 nous permette d’approfondir ces évolutions et de réussir ces réformes.

A Buenos Aires, 2017 a aussi été une année de changement et une année électorale qui a permis aux Argentins de confirmer les orientations de 2015. Les bonnes nouvelles ont succédé aux mauvaises nouvelles et vice-versa. J’ai, en particulier, une pensée pour les familles de l’équipage du sous-marin San Juan dont la disparition a endeuillé le pays. Cet épisode tragique a ému la communauté internationale ainsi que notre pays qui a suivi attentivement les recherches et proposé sans tarder son assistance.

Au fil des mois nous avons travaillé à la mise en œuvre de l’agenda bilatéral défini lors de la visite d’Etat du Président de la République de février 2016. Collectivement, tous acteurs confondus, publics et privés, nous avons globalement accompli l’ensemble des objectifs fixés par les présidents français et argentins, formalisés dans la feuille de route signée par nos ministres des Affaires étrangères.

Notre relation, qui repose sur de solides piliers économique et culturel (culturel au sens large), est excellente, dense et fluide, même si quelques irritants, pour la plupart hérités du passé, viennent parfois parasiter le panorama bilatéral. Nous sommes au fond profondément d’accord sur l’idée d’un monde plus ouvert, notamment aux échanges, d’un monde ou le libre-commerce est synonyme de juste-commerce.

Le 26 janvier dernier, le président de la République a reçu M. Mauricio Macri à Paris.

Cette visite, à l’aube de la nouvelle année, a permis à tous de prendre toute la mesure de la qualité et de l’importance de la relation entre nos deux pays alors que, depuis plus d’un mois maintenant, l’Argentine assume la présidence du G 20. Dans un groupe où neuf membres sur 20 sont européens ou latino-américains, le dialogue entre deux présidents réformistes, porteurs chacun d’une vision pour son pays et pour le monde, s’avère essentiel.

Je forme donc le vœu que la relation entre la France et l’Argentine participe pleinement à l’établissement d’un consensus au sein des responsables des 20 nations réunies pour orienter la gouvernance mondiale. Les thèmes retenus par la présidence argentine du G 20 (l’avenir du travail dans le contexte numérique, le financement des infrastructures, la sécurité alimentaire - et nous ne devrons pas oublier le climat, bien sûr...) augurent bien d’une compréhension et d’une communauté de vues entre nos deux pays, au service de cette gouvernance des 20.

Mais 2018 ne sera pas seulement l’année du G20. N’oublions pas les grands rendez-vous des prochains mois : les Jeux Olympiques de la Jeunesse, avec une importante délégation française, mais également le 125ème anniversaire de l’Alliance Française. Sans oublier le Jour de la Francophonie ou encore l’opération Goût de France avec la participation des chefs français ou argentins intéressés par la gastronomie française.

Cette année, nous prendrons également le temps de nous souvenir du passé pour trouver dans notre mémoire collective des raisons d’inventer un futur différent ; le mois de novembre sera marqué par le centenaire de l’armistice de la Première Guerre Mondiale. Dans un autre registre, avec l’Institut Français et l’Alliance Française, 50 ans plus tard, nous célébrerons Mai 68 et son héritage.

Bonne Année à vous tous ! Feliz año a todos !

Pierre Henri Guignard
Ambassadeur de France en Argentine
(@GuignardPH)

Dernière modification : 09/02/2018

Haut de page